HOSHI

Après un premier album sorti en 2018 intitulé « Il suffit d’y croire » écoulé à plus de 200 000 exemplaires, celle que l’on qualifie de nouvelle « étoile » de la chanson française (référence à son nom de scène qui signifie étoile en japonais) a sorti un 2ème opus le 5 juin 2020. C’est dans le tourbus d’une tournée de plus de 140 dates à travers la France que naît ce nouvel album baptisé « Sommeil levant ». Artiste nommée aux Victoires de la Musique en tant que « Révélation Scène », Hoshi signe tous ses titres de son statut d’auteure-compositrice-interprète.

Mais 14 titres ne suffisant pas, Hoshi avait encore beaucoup de choses à dire. C’est à travers une réédition composée de 13 titres inédits qui sortira le 18 juin 2021, intitulée « Étoile flippante » qu’elle complète ce deuxième album. Elle y aborde des thèmes plus personnels, comme sa jeunesse (« Enfant clown »), le pardon (« J’te pardonne »), ses peurs et angoisses (« Étoile flippante », « Pas de cadeaux ») et l’amour reste un sujet récurrent qu’elle décrit sous toutes ses formes (« Et même après je t’aimerai », « Nos jeux amoureux », « Frissons »). Une réédition aux sonorités colorées dans laquelle Hoshi renoue avec la guitare de ses débuts comme dans « Il était une toi » ou encore chante son envie de scène sur « Allez-là ».

Après Gaëtan Roussel et Corine, on y retrouve également de belles collaborations, tantôt avec un grand de la chanson française tel que Benjamin Biolay (« Pleurs de fumoirs »), un duo plus urbain avec FIVE, jeune rappeur à l’histoire inédite (« J’attends mon heure ») et un featuring avec sa babouchka (« Mieux avant ») qui évoque le contraste des générations. C’est peut-être celui qui résonne le plus dans le cœur de Hoshi, tant ses grands-parents ont eu un rôle majeur dans son évolution en tant qu’artiste musicienne.

C’est au travers des 27 titres qui composent « Étoile Flippante », qu’on rencontre réellement Hoshi. Un album poétique et tranché, à l’image du parcours de cette artiste qui n’a pas fini de faire parler d’elle.